Charte  AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pour supprimer la bannière de publicité ci-dessous, imposée par notre hébergeur, vous pouvez télécharger le logiciel libre
adblock

CE FORUM EST DESORMAIS EN ARCHIVE (lecture seule).
MERCI DE VOTRE COMPREHENSION

Partagez | 
 

 Mes raisons de manger bio

Aller en bas 
AuteurMessage
Maya

avatar

Nombre de messages : 1183
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 27/10/2005

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Lun 31 Oct 2005, 6:52 pm

Je suis d'accord moi de manger BIO (désolée si c'est pas le bon endroit) mais je trouve que les prix sont trop souvent excessifs.
Alors pour les légumes je préfère acheter à un petit producteur de la région.
Revenir en haut Aller en bas
violette

avatar

Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Lun 31 Oct 2005, 7:39 pm

Tu as raison Maya d'acheter au petit producteur du marché, il faut les aider à se développer, mais cela est possible pour les légumes mais ensuite pour le reste, je préfère quand même aller acheter mes produits en magasin bio que dans une grande surface pour toutes les raisons citées ci dessus.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
Maya

avatar

Nombre de messages : 1183
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 27/10/2005

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Mar 01 Nov 2005, 9:42 pm

Pour les autres produits c'est selon ce que j'ai besoin parce Monoprix a aussi sa marque BIO donc ça m'arrange souvent car ça m'évite de faire de long trajets pour trouver un magasin BIO.

Par contre pour tout ce qui est pâtes, riz, etc ce n'est pas encore BIO mais ça viendra!
Revenir en haut Aller en bas
violette

avatar

Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Mar 01 Nov 2005, 10:05 pm

Mais je trouve que c'est déjà un BON et GRAND début, et si tout le monde faisait comme toi eh bien nous avancerions bien plus vite !!!!

Mais ça va venir, j'ai bon espoir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
violette

avatar

Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Sam 05 Nov 2005, 8:44 pm

Les produits biologiques sont meilleurs que les autres, moins pollués, plus nutritifs, plus savoureux

La valeur nutritive des produits biologiques est fonction également du raffinage : les céréales raffinées perdent 50 à 80% des minéraux et vitamines qu’elles contiennent. L’utilisation de céréales complètes biologiques est fortement conseillée. :good:;:
On se nourrit actuellement de conserves, surgelés, légumes tout épluchés et emballés sous vide, salades toutes prêtes. Evidemment les vitamines sont en partie détruites par ces conditionnements et leur action est pourtant indispensable à notre santé, à un amaigrissement réussi pour celles et ceux qui souhaitent perdre du poids.

Attention, comme le recommande Claude Aubert, ingénieur agronome et auteur de nombreux ouvrages, à ne pas tomber dans un travers qui consiste à dire : c’est biologique, donc c’est forcément bon pour ma santé.

Il faut éviter que les légumes et fruits biologiques séjournent des jours et des jours dans un entrepôt, chez le détaillant ou dans notre réfrigérateur. Mad
Evitez aussi qu’un mode de conservation destructeur ou de cuisson trop long ne les prive des précieux nutriments qu’ils contiennent. geek

N’oublions pas également que – même biologique – tout produit est mauvais pour la santé s’il est consommé en trop grandes quantités.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
violette

avatar

Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Mer 16 Nov 2005, 12:26 pm

Quelques raisons supplémentaires : je sais je me répète mais bon Laughing


On trouve de tout en conventionnel

Source : bio contact février 2002

Petit voyage dans l’alimentation industrielle, par Catherine Martinez, de l’association ABS 31, pour ceux qui doutent encore…

FRUITS ET LEGUMES :

Les traitements quotidiennement infligés aux fruits et légumes ne sont guère rassurants ! La conservation prolongée, en entrepôt des pommes et des poires entraîne des risques d’altérations : on peut utiliser des solutions aqueuses à l’éthoxyquine. Un traitement de surface au thiabendazole est également autorisé.
Pour leur conservation à l’état sec (fumigation) sont autorisés le dibrométhane, l’oxyde d’éthylène, le bromure de méthyle, le tétrachlorure de carbone et l’anhydride sulfureux, irritant pulmonaire et du tube digestif (conservateur B220). Permis, également, pour prolonger la conservation du raisin frais !

Agrumes : un vrai festival
Déverdissage avec l’éthylène, traitement au diphényle, à l’orthophénylphénol ou au thiabendazol, traitement fongicide au bénomyl…

Des légumes irradiés
Pour les pommes de terre, soit « primeurs », soit de « conservation », les sacs traités au laurylpentachlorophénol sont admis. On peut conserver les pommes de terre grattées dans un bain de sulfite de sodium gazéifié à l’anhydride carbonique. Pour empêcher la germination, sont autorisés l’alphanaphtylacétate de mercure, les poudres additionnées de prophame ou de chlorprophame enfin les irradiations au cobalt 60 ou au césium 137. Dans ce dernier car, seul le sac d’emballage devra porter la mention « irradiée en vue d’empêcher la germination », précision qui ne parviendra donc pas jusqu’au consommateur.

RIEN QUE POUR LES CEREALES SONT AUTORISES :

Pour les semences : dérivés mercuriels pour permettre la conservation des semences (graines à germer). Les traitements du sol : nombreux pesticides (dont le lindane et le parathion), une quarantaine au moins de désherbants. Les insecticides, les acaricides sont utilisés dans le traitement des parties aériennes des céréales.

Pour le stockage des grains : on « gaze » les grains pour assurer leur parfaite conservation. Cinq insecticides sont employés pour la conservation des farines. On irradie aussi contre les mites ou le vers en utilisant un arc électrique qui provoque une tension de plusieurs milliers de volts, ce qui la stérilise complètement. Le rapport de l’académie nationale des sciences (NAS) est très clair : « l’exposition aux pesticides dans la prime enfance peut conduire à un plus grand risque d’effets chroniques qui s’expriment seulement après qu’une longue période de latence soit écoulée. Effets tels que le cancer, une altération du développement neurologique (difficultés d’apprentissage passagères ou permanentes, retard dans le développement des réflexes…), sans oublier des disfonctionnement du système immunitaire »
Attention au fruits et légumes non bio : l’overdose d’engrais azotés auxquels ils sont soumis entraîne l’apparition de nitrates à des doses croissantes. Or, ceux-ci peuvent se transformer en nitrites sous l’action de la flore intestinale.
Très dangereux pour la santé, en particulier celle des nourrissons, les nitrites oxydent l’hémoglobine des globules rouges du sang. Ils sont aussi impliqués dans l’apparition de cancers de l’œsophage et de l’estomac.
Les excès nitriques déséquilibrent profondément la composition minérale de certaines plantes, comme le fait l’excès potassique.

HUILES

Extraction aux solvants organiques, au trichloréthylène. Le raffinage passe par : démucilagination (par l’acide sulfurique), neutralisation à l’aide de lessives de soude, afin d’éliminer les acides gras libres qu’elle contient. Décoloration à l’aide de charbons actifs…On utilise de plus en plus de colorants chimiques.
Désodorisation, coloration à l’aide de onze colorants. Pas moins, utilisés dans les huiles et graisses autre que la margarine.

FABRICATION DU SUCRE BLANC OU SACCHAROSE

Neutralisation des acides organiques par l’action de la chaux éteinte. Défécation (utilisation d’anhydride carbonique et sulfureux). Une fois le sucre « brut », le raffinage comprend ensuite les opérations suivantes : refonte du sucre brut, clarification par le noir animal, les noirs activés (Norite, Collactivit…), déshydratation par chauffage (emploi de l’alcool isopropylique, l’acétate de sodium…) azurage parle bleu anthraquinonique.

UNE MENTION TOUTE SPECIALE AUX CONFISERIES

Bonbons, nougats, caramels, fruits confits, pâtes de fruits…Les additifs utilisés sont, là aussi, impressionnants : colorants (pas moins d’une trentaine), conservateurs, aromatisation : tous les arômes naturels et de synthèse sont autorisés.
Autre opération : l’emploi du talc pour les saupoudrages en surface, l’emploi de cire, de blanc de baleine, de vaseline ou de paraffine pour la préparation de la surface des appareils de fabrication en contact avec les produits, la décoloration des fruits confits à l’acides sulfureux.
Cerise sur le gâteau : la fameuse « gélatine folle », en provenance de bovidés de dernier choix…

EN PRODUCTION ANIMALE

Poulets à la dioxine, ESB…devraient donner matière à réfléchir. Rappelons que dans l’alimentation des animaux « industriels » sont autorisés tous les additifs suivants : antibiotiques comme promoteurs de croissance, antioxydants, substances aromatiques et apéritives, anticoccidiens, coccidiostatiques et autres substances médicamenteuses, agents émulsifiants, stabilisants, épaississants et gélifiants, agents conservateurs, matières colorantes, vitamines, provitamines, oligo-éléments, agents liants, antimottants et coagulants, composés azotés non protéiques.
Suite à la vaccination outrancière, de nombreux résidus médicamenteux toxiques se retrouvent dans les différentes sortes de viandes commercialisées et dans le lait, risquant de provoquer divers troubles chez l’homme (allergies et intoxications).

LES BOISSONS GAZEUSES

Avec les boissons gazeuses, les adolescents avalent chaque jour jusqu’à 12 cuillers de sucre ! Ces boissons ne sont que de tristes cocktails chimiques contenant du saccharose, des acides (tartrique, citrique, lactique), des colorants, des parfums artificiels, de la quinine…Elles contiennent aussi de grandes quantités d’acide phosphorique, qui peut avoir des incidences fâcheuses sur la croissance des enfants (dégradation des cellules nerveuses) car il ne permet pas au calcium de se fixer correctement. De plus, l’acide benzoïque, autre conservateur repéré, peut provoquer des allergies chez certaines personnes. Enfin, cocaïne, caféine, contenues dans certaines boissons, sont de véritables drogues.

LES ADDITIFS

Selon l’OMS, plus de 5 000 composés chimiques sont employés comme additifs dans l’industrie alimentaire. Le problème mérite une réflexion approfondie, car leur usage s’additionne aux effets des produits chimiques dans l’environnement (engrais chimiques, pesticides, polluants d’origine industrielle, solvants, cosmétiques, médicaments…)
De plus, tous les tests de pesticides, quand ils sont faits, sont réalisés sur des animaux à partir d’un seul composé chimique, pur et isolé, à froid (sans cuisson). En réalité le consommateur non averti est exposé à un cocktail de produits à chaque bouchée avalée...
L’hypothèse selon laquelle les effets négatifs sur la santé sont peu probables si les résidus sont en dessous du MRL (Maximum Residue Limit) est maintenue. Le rapport du NAS souligne néanmoins : « beaucoup de MRL ont été fixées dans les années 50, sans tenir compte des données ultérieures… les MRL ne sont pas prévues pour définir la marge de sécurité des bébés et des enfants…Les études ne fournissent pas les données concernant les aliments ingérés par les bébés et les enfants. »
De récentes études démontrent de façon décisive que certains pesticides largement utilisés peuvent bloquer, contrefaire ou interférer avec le système endocrinien (et ce, à des niveaux très bas d’exposition) et peuvent altérer le développement du fœtus. Dans la petite enfance, ils peuvent altérer les fonctions corporelles et accroître la prédisposition à la maladie. La nature effrayante de ces effets requiert prudence et circonspection quand il s’agit d’autoriser la poursuite de l’usage de ces pesticides…

Catherine Martinez
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
Maya

avatar

Nombre de messages : 1183
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 27/10/2005

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Mer 16 Nov 2005, 4:43 pm

Moi je ne veux plus que des patates sales comme ça je sais qu'elles n'ont pas été traîté à je ne sais quoi.
Revenir en haut Aller en bas
cerise
Admin


Féminin Nombre de messages : 4192
Age : 54
Localisation : Provence
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   Sam 27 Mai 2006, 4:25 pm

dans le bio aussi on trouve de tout...
ça va de la salade toute prête en sachet en bio, en passant par les innombrables tétrabricks de boissons de laits végétaux -aromatisés c'est mieux -où l'eau est souvent majoritaire, un tas d'articles comestibles où il y a plus d'emballages que de produit, les bonbons, les chips et cie, les boissons sucrées genre cola bio, les plats surgelés bio, les plats cuisinés bio, les yaourts en plastique, l'eau en mini bouteilles plastique, les mini tétrabricks bio, les mini portions de produits car plus adaptés à l'usage unique ou aux célibataires... j'en passe il y a toujours des nouveautés calquées sur les habitudes de la malbouffe...
ce bio-là est cher, mais c'est un peu normal non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mes raisons de manger bio   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes raisons de manger bio
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» peut on manger du hareng frais ou cuit fumé??
» Pas faim....envie de manger .....gggrrrhhhh
» Qu'allez vous manger à noël ?
» Ce que la maman ne peut manger pendant l'allaitement
» ben alors ??? on peut même pu manger à not' faim ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Le Bio, la Vie :: LA CUISINE SANTE SANGLUCAVIANNE (SANs GLUten-CAséine-VIANde) :: CUISINE ET SANTE :: MANGER BIO-
Sauter vers: