Charte  AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pour supprimer la bannière de publicité ci-dessous, imposée par notre hébergeur, vous pouvez télécharger le logiciel libre
adblock

CE FORUM EST DESORMAIS EN ARCHIVE (lecture seule).
MERCI DE VOTRE COMPREHENSION

Partagez | 
 

 Muter ou disparaitre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
violette



Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Muter ou disparaitre    Mar 31 Mai 2011, 10:13 am

Voici un petit article de Michel DOGNA paru dans un numéro de SOLEIL LEVANT, revue gratuite distribuée dans les magasins bio.

Muter ou disparaitre,

En philo, classe terminale, j'ai appris deux définitions de l'intelligence :
1 - C'est la faculté (plus ou moins grande) de faire le rapport entre les choses,
2 - C'est la faculté d'adaptation.

Eh bien, lorsque j'observe le comportement standard de l'Home Erectus moyen, version début 21ème siècle, concernant les problèmes basiques de sa propre survie, capable d'aller jusqu'à la mort sans avoir rien voulu comprendre, ni rien remis en cause, je me pose quelques questions sur les limitations de cette dite faculté. A son corps défendant, tout est fait pour l'enferrer dans des dogmes fatalistes.

Pour pouvoir faire le rapport entre les choses (règle n°1), il faut être attentifs et vigilants - c'est la condition de tous les instants de tout animal sauvage, qu'il soit prédateur ou "prédaté"- Ceci signifie que tout ce que l'on vous raconte doit être passé au crible de votre jugement (cerveau gauche) et que votre ressenti subjectif (cerveau droit - celui qu'on vous a bousillé à l'école afin de mieux vous manipuler).

Or, c'est le fonctionnement simultané de ces deux cerveaux qui permet de prendre des décisions rapides et opportunes devant des situations d'urgence, ce qui nous amène à la faculté d'adaptation (règle n°2). C'est parce que beaucoup se sont laissé manipuler le cerveau droit par une éducation conformiste, qu'ils ne peuvent appréhender globalement et instantanément les situations. Et ce sont justement ceux-là, qui se perdant dans les détails analytiques, sont incapables de remettre en question les éléments de leur vie.

Tout ce que nous croyons, faisons, mangeons doit être impérativement désappris et repensé par instinct de survie face à la nouvelle situation générale. Ceux qui résistent à changer leurs habitudes -surtout alimentaires- et leurs concepts liés à des traditions de barbarie ordinaire, qui ne se libèrent pas de leurs mortels assistanats de santé, manquent à un grand devoir civique planétaire, et s'élimineront d'eux mêmes face au gigantesque basculement qui est en cours.

TOUS VEGETARIENS : LA PLUS URGENTE DES MUTATIONS

On a beau expliquer qu'avec 6.7 milliards d'humains sur la planète nous ne pouvons plus nous offrir le luxe de manger des animaux, que chaque année plus de 50 millions d'enfants et d'adultes meurent de maladies de malnutrition dans les pays pauvres, simplement parce que leurs terres leur on été confisquées pour cultiver des céréales (OGM) devant nourrir les vaches à l'usage des carnivores occidentaux, qu'à cause des carnivores 25 hectares de forêt tombent chaque minute, que la consommation de viande utilise 60% des réserves d'eau mondiale, que nous sommes en train de vider les mers de leurs poissons avec les bateaux-usines, etc...
On a beau expliquer que les légumineuses sont bien plus riches en protéines que n'importe quelle viande, qu'il y a en Europe 25 millions de végétariens qui se portent mieux que les autres, et qui ont 10 fois moins de cancers.
On a beau dénoncer les conditions atroces de l'élevage en batterie, la pollution chimique de la viande, etc, rien n'y fait ! TRADITIONS ET GOURMANDISES restent immuables.

Qu'est ce que cette civilisation qui se dit moderne qui continue de sanctifier les fêtes religieuses par des orgies de sang de millions de bêtes abattues ? Ceux qui osent encore démontrer que consommer des animaux est indispensable à la santé, essayent seulement de dédouaner une méprisable GOURMANDISE qui refuse d'assumer en face la souffrance et tous les malheurs planétaires qu'elle engendre.

Il suffirait de renoncer à la viande pour éradiquer sans délai la faim dans le monde tout en préservant l'environnement et notre santé. La vraie surpopulation, c'est celle du bétail avec ses 1 milliards 400 millions de vaches. La production de viande a été multipliée par 5 depuis les années 1950 pour assurer la tradition nécrophage qui est passée de 30 kilos par personne par an en 1920 à plus de 100 kilos aujourd'hui. Au Brésil, près de 40% de la forêt amazonnienne ont déjà été sacrifiés rien que pour les vaches, c'est à dire pour satisfaire la GOURMANDISE de minorités de pays "riches", c'est à dire NOUS !

LA PARTIE SE JOUE MAINTENANT

J'ai beaucoup aimé le film "Le jour où la terre s'arrêta", dans lequel une civilisation très avancée envahit notre planète pour la sauver avant qu'il ne soit trop tard. Depuis des années, ils avaient placé des observateurs dans des corps humains (walk in) pour faire le point sur l'évolution de l'humanité. Leur conclusion était sans appel :

1 - L'humain est un être profondément guerrier et destructeur, le plus dangereux parasite de la planète qui ira sans état d'âme jusqu'à sa destruction totale.

2 - Il n'y a aucune chance d'évolution de cette humanité en dépit des multiples tentatives, et en raison des verrouillages psychologiques entretenus par les religions, les traditions, les corruptions politiques.

3 - La seule solution raisonnable est la destruction totale de l'humanité d'autant plus qu'ils considéraient que la mort n'est qu'un simple transfert de conscience sur un autre plan.

Alors que le "nettoyage" commence avec des invincibles robots géants, un haut responsable Extra Terrestre rencontre un équivalent d'Einstein qui lui dit : "Ce n'est qu'au bord du précipice" que l'humain se décide de changer, s'il vous plait, laissez nous une chance !". Je ne dévoile pas la suite...

Je trouve que ce film résume bien la situation mondiale actuelle qui concerne de près chacun de nous.
Jusqu'où faudra-t-il aller dans la descente aux enfers pour que les gens aient un sursaut de lucidité et de volonté pour remettre en question leurs habitudes dévastatrices et suicidaires, en dépit des séductions permanentes de la facilité ? Je vais reprendre le fameux slogan d'Obama "YES WE CAN" en faisant appel à une analogie concernant le monde microbien. Il existe trois grandes familles de micro-organismes dans les terres arables :

1 - les micro-organismes à fermentations qui sont générateurs de vie (créateurs)

2 - les micro-organismes à putréfaction qui sont générateurs de mort (destructeurs)

3 - les micro-organismes opportunistes (moutons) qui représentent 80% de cette population, et qui se rangent du côté des plus forts.

Ceci ne vous fait-il pas penser à la société humaine ?
Réfléchissez, quand l'une des deux premières familles de micro-organismes passe la barre des 10% (20% : 2), les 80% de la famille n°3 se rallient immédiatement à elle. Eh bien oui, il y a 80% de gens indécrottables sur la planète et c'est consternant, mais c'est parce que la famille lumineuse est encore au dessous de la barre des 10%.

Alors courage, il n'y a plus que quelques points à gagner pour que tout change. Rappelez vous que ce sont toujours des minorités qui ont fait l'histoire !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
 
Muter ou disparaitre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je ne sais pas comment faire disparaitre mon psoriasis
» La terre va-t-elle disparaitre ?
» faire disparaitre un bleu
» Faire disparaître les pores voyants...
» Trucs et astuces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Le Bio, la Vie :: LA SANTE :: ACTUALITES SUR LES PRODUITS DE CONSOMMATION ET LEURS DANGERS-
Sauter vers: