Charte  AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pour supprimer la bannière de publicité ci-dessous, imposée par notre hébergeur, vous pouvez télécharger le logiciel libre
adblock

CE FORUM EST DESORMAIS EN ARCHIVE (lecture seule).
MERCI DE VOTRE COMPREHENSION

Partagez | 
 

 Le miso (prononcer misso)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le miso (prononcer misso)   Jeu 21 Aoû 2008, 5:27 pm

Le miso non pasteurisé est un aliment vivant se classant dans la catégorie, très sélecte, des alicaments, ces aliments à très large éventail de propriétés fonctionelles. Il est, à notre humble avis, le plus formidable des aliments en ce bas monde. N'allez pas croire qu'il s'agisse ici d'un argument de vendeur. Ce n'est pas parce que nous le fabriquons que nous affirmons cela; c'est plutôt parce que le miso est comme ça que nous avons décidé de nous y consacrer. Franchement !

Nous vous proposons ici de découvrir cet extraordianire aliment : ce qu'est le miso, sa fabrication, ses qualités nutritionnelles exceptionnelles et le très large éventail de ses propriétés fonctionnelles.

Qu'est-ce que le miso ?

Le miso (les Japonais prononcent « misso ») est une pâte fermentée savoureuse, à haute teneur en protéines, composée de fèves de soya, d’une céréale comme le riz ou l’orge, de sel et d’eau. Il peut être de couleur beige ou jaune pâle à brun foncé, et sa texture ressemble à celle du beurre d’arachide. Mais là s’arrête la comparaison. Le miso peut être employé comme assaisonnement dans les soupes, comme base pour la confection de bouillons ou de sauces et comme élément entrant dans la préparation de plats cuisinés. Très facile d’apprêt, puisqu’on n’a qu’à l’incorporer directement à la nourriture déjà préparée, il constitue un formidable substitut à la viande et au sel. On peut le consommer tous les jours, à raison d’environ 20 g par personne, ce qui équivaut, par exemple, à deux tasses de bouillon par jour.

Le miso est connu en Chine depuis environ 2500 ans sous le nom de chiang et il aurait été introduit au Japon au VIIe siècle, vraisemblablement par un prêtre bouddhiste chinois. Au VIIIe siècle, la cour impériale du Japon possédait déjà un ministère chargé de la sécurité alimentaire, où le miso occupait une place importante. Cet aliment faisait même partie du salaire des agents gouvernementaux, tout comme le riz, le sel, le soya et d’autres types de fèves et de graines.

Quelque 75 % des Japonais commencent leur journée avec une soupe au miso, un aliment stimulant, vivifiant et énergisant dépourvu des effets nocifs du café. Son effet alcalinisant réveille le corps et l’esprit, tout en fournissant une énergie de qualité qui durera tout l’avant-midi.

Il importe de rappeler qu’afin de tirer tous les avantages possible de ce merveilleux aliment pour la santé, le miso ne doit absolument pas avoir été pasteurisé; la mention « non pasteurisé » devrait apparaître sur l’étiquette du produit. Aussi, il faut savoir que le miso vendu dans des sachets emballés sous vide est pasteurisé et que les enzymes, les lactobacilles et les autres microorganismes amis n’ont pas survécu au traitement.
La fabrication du miso relève d’un art complexe dont l’importance en Asie se compare à celle de la production du fromage ou du vin chez les Occidentaux.

Le miso résulte d’une double fermentation. La céréale, une source amidonnée comme le riz ou l’orge, est cuite à la vapeur afin d’obtenir le degré d’humidité optimal pour la croissance de la culture. Les grains sont ensuite inoculés avec une souche d’Aspergillus oryzae et de lactobacilles, puis sont mis à fermenter pendant environ 45 heures, jusqu’à ce que chaque grain soit enrobé d’un mycélium blanc et qu’on obtienne ce qu’il est convenu d’appeler le koji. La première fermentation requiert un environnement particulier : chaleur, humidité et conditions aérobie, c’est-à-dire en présence d’oxygène. Après la première fermentation, on combine le koji avec les autres ingrédients, on broie le mélange et l’on procède à la deuxième fermentation. Celle-ci doit se faire en conditions anaérobie, c’est-à-dire sans air.

Il faut trois jours pour réaliser toutes les étapes de fabrication avant la mise en cuve pour la seconde fermentation, laquelle peut durer de une semaine à deux ans et même trois, selon le type de miso fabriqué.
Le miso est un aliment complet en lui-même. D'abord, il contient tous les acides aminés essentiels. De plus, la longue fermentation a permis une multiplication des composantes du complexe vitaminique B par un facteur variant de 2 fois (B5) à 47 fois (B2). Ensuite, il contient plus d'une cinquantaine d’enzymes utiles pour le corps, des lactobacilles reconnues pour leurs propriétés probiotiques et trois groupes d'isoflavones rendues biodisponibles par l'action des enzymes et des bonnes bactéries.
Le miso non pasteurisé peut contribuer de manière exceptionnelle au maintien et à
l’amélioration de la santé et de la vitalité. Selon les études scientifiques, le miso :

aide à prévenir et à traiter certains cancers, notamment ceux du sein, de la prostate, du système gastro-intestinal ainsi que certains types de leucémie;
atténue les symptômes de la ménopause;
favorise l’élimination des toxines (radiations, métaux lourds, radicaux libres, tabac);
aide au contrôle du taux de cholestérol;
réduit les risques de maladies cardiovasculaires;
aide à surmonter les intolérances alimentaires;
aide à prévenir ainsi qu’à réduire l’hypertension;
réduit l'incidence des problèmes digestifs (flatulence, constipation, syndrôme du côlon irritable, acidité, ulcère, maladie de Crohn, candidose, etc.);
protège l’organisme contre les agents pathogènes (salmonelles, E. coli, Shigella et staphylocoque doré, notamment).

À notre époque, considérant les menaces que constituent les risques d’intoxication alimentaire, la contamination de l’eau et les autres agents pathogènes auxquels nous sommes exposés, la consommation quotidienne de miso pourrait offrir une protection de base adéquate.

source : http://www.alimentsmassawippi.com
Revenir en haut Aller en bas
Ecologirl



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 17/08/2008

MessageSujet: Merci !   Jeu 28 Aoû 2008, 6:29 pm

Merci Steph pour toutes ces infos. Justement, je me suis acheté un bocal de Miso et je voulais en savoir un peu plus. Il faudra que j'essaie le matin mais j'ai du mal avec le salé le matin... A voir !

Tu mets juste un peu de pâte avec de l'eau chaude c'est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
violette



Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: Le miso (prononcer misso)   Ven 29 Aoû 2008, 12:47 am

Ne surtout pas faire bouillir le miso Ecologirl, au risque de perdre tous les enzymes...

Je suis comme toi, le miso le matin, dur dur, mais faudrait que je teste en faisant un genre de crème dans mes crepounettes, en somme, ça doit être une habitude à prendre...La soupe de miso le matin, à la place du thé, je sais pas par contre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le miso (prononcer misso)   Aujourd'hui à 7:09 am

Revenir en haut Aller en bas
 
Le miso (prononcer misso)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recette du miso ?
» Hologram se met à la diet !
» La soupe du réconfort, by holo
» idées de menus végétaLiens
» déçue par la vie claire (magasin bio)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Le Bio, la Vie :: LA CUISINE SANTE SANGLUCAVIANNE (SANs GLUten-CAséine-VIANde) :: LES INGREDIENTS :: CEREALES (et apparentés)-
Sauter vers: