Charte  AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pour supprimer la bannière de publicité ci-dessous, imposée par notre hébergeur, vous pouvez télécharger le logiciel libre
adblock

CE FORUM EST DESORMAIS EN ARCHIVE (lecture seule).
MERCI DE VOTRE COMPREHENSION

Partagez | 
 

 Allergie et bio électronique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
violette



Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Allergie et bio électronique   Lun 17 Sep 2007, 12:11 am

ALLERGIES ET BIOELECTRONIQUE DE VINCENT


Sédentarité, aliments dénaturés, pollutions diverses, médications chimiques, tous ces facteurs modifient notre terrain qui devient de plus en plus oxydé et alcalin, justement celui des allergies.

On regroupe sous le terme « allergies », un ensemble de réactions plus ou moins violentes au contact d’une substance étrangère à l’organisme. Cet état se manifeste sur un terrain prédisposé, après l’introduction répétée ou prolongée de la substance allergène.
Ce mécanisme de défense, normal mais excessif, s’accompagne d’une inflammation au niveau de la muqueuse touchée et d’une production d’oxydants (tel le péroxyde d’hydrogène, H2O2) destiné à dégrader la substance nocive(1).
Normalement, ces oxydants sont détruits après leur fonction par des enzymes réductrices (catalase et super oxyde dismutase). Si ce n’est pas le cas, ces oxydants vont contribuer à fragiliser encore davantage le terrain en augmentant la concentration des radicaux libres toxiques.
Depuis la découverte de ce phénomène par Charles Richet en 1902, les maladies allergiques se sont multipliées.
On connait désormais les allergies alimentaires, les pseudo-allergies, les hyper sensibilités chimiques multiples et même les récentes électro sensibilités(2).
Toutes ces réactions désagréables témoignent bien d’un terrain hyper sensibilisé, mais aussi d’une augmentation considérable des substances « allergisantes ».

Le terrain d’après la bio électronique
La bio électronique est une technique scientifique qui définit le terrain de bonne santé et celui des diverses maladies, grâce aux mesures bio électroniques de trois liquides du corps : le sang, la salives et les urines (3). Les mesures effectuées avec un bio électronimètre, précisent pour chacun des liquides, trois paramètres :
- Le potentiel acido-basique (appelé pH et dont l’échelle va de 0 à 14)
- Le facteur d’oxydo-réduction (appelé rH2 et dont l’échelle va de 0 à 42)
- La concentration en électrolytes (la résistivité : rô mesurée en ohms/cm)
Pour le sang veineux, les normes de très bonne santé sont pH = 7.2 ; rH2 = 21 et rô = 210 omhs.
Les micro courants mis en œuvre par les échanges d’électrons correspondent à une tension de 210 millivolts. Ce sang de très bonne santé est donc légèrement alcalin, plutôt réducteur et peu chargé en electrolytes. Il devrait être celui de l’ensemble des adultes.
Mais nous sommes très loin du compte, puisque ce terrain est devenu en 50 ans dramatiquement rare.
La plupart de nos concitoyens ont des mesures éloignées ou même très éloignées de ces normes en raison des conditions de vie, qui modifient peu à peu l’équilibre du milieu intérieur. Les maladies étudiées ont toutes des coordonnées nettement différentes. Les allergies sont situées sur le graphique (bio électronigramme), dans la zone des maladies alcalines, très oxydées, sur électrisées et le plus souvent surchargées en toxines.

Les facteurs de perturbations du terrain.
Ils sont très nombreux et nous signalerons ici seulement les principaux regroupés en trois rubriques.

UNE HYGIENE DE VIE NEFASTE AVEC :
- Une nourriture sur-cuite qui a perdu son potentiel de vitalité (vitamines, enzymes)
- Une nourriture industrielle comprenant de nombreux produits chimiques (conservateurs, colorants) et parfois de nombreux produits alimentaires favorisant les réactions allergiques.
- Une eau de boisson sur minéralisée et suroxydée (chlore).
- Une sédentarité avec une respiration étriquée et une activité musculaire insuffisante
- Un sommeil léger et peu réparateur.

DES POLLUTIONS NOMBREUSES :
Les pollutions de l’environnement (produits chimiques, tabac, diésel, métaux lourds…) sont une des causes principales de détérioration de la santé. Ces pollutions diverses encombrent l’air de milliards de particules qui freinent l’assimilation de l’oxygène, intoxiquent les poumons et favorisent la création de radicaux libres (piégeurs d’électrons). Les rayonnements électromagnétiques (champs électriques, rayons X, rayons ionisants) créent une pollution sournoise supplémentaire, qui contribue à dévier le terrain biologique, augmentant les risques d’allergies mais aussi de maladies plus graves.

DES STRESS FREQUENTS ET NOCIFS
La vie moderne multiplie les occasions de conflits, de frustrations, de soucis et de peurs, qui provoquent un ensemble de réactions musculaires, physiologiques et psychologique, c’est le stress. Cet état correspond à une mise sous tension naturelle et indispensable des fonctions qui permettent une réaction (attaque ou fuite, colère ou refoulement, etc…). Cette surtension mobilise l’énergie disponible (adrénaline, glucides, oxygène…) dans le but d’agir.
Lorsque la réaction est impossible, ou en cas de stress chronique (angoisse, souci, rancune…) ou de stress trop rapprochés (surmenage), l’organisme va maintenir la surtension intériorisée et il va puiser dans ses réserves d’énergie (cortisol, protéines, etc…). Plusieurs réactions vont alors se produire :
- Mauvaise assimilation des nutriments essentiels (protéines, vitamines, magnésium…) avec une fuite des électrons et des catalyseurs dans l’urine.
- Augmentation de la concentration en oxygène du sang associée à un état de survoltage nerveux et à la création de radicaux libres à partir de l’oxygène disponible et non utilisé pour l’action.

Cette suroxydation du sang (rH2 supérieur à 25) entraîne une fragilisation de l’organisme et un affaiblissement du système immunitaire. Les risques de maladies modernes (allergies, dépression…) sont augmentés. Pour se protéger, les techniques de détente (loisirs, massages, danses…) et les techniques de maîtrise du stress (relaxation, yoga, sophrologie…) peuvent être d’un grand secours.

Ces activités ont toutes pour effet d’éliminer la surtension, de réduire l’oxydation. Elles contribuent par conséquent à faire baisser le rH2 pour le ramener vers la norme de bonne santé.

Les habitudes inadaptées, les pollutions et le stress chroniques sont dangereux, car ils contribuent à modifier plus ou moins vite, les normes bio électroniques de la santé. On constate ainsi que l’avait annoncé le professeur Louis Claude Vincent, une lente, mais inexorable déviation vers l’alcalinisation du sang, la sur-oxydation, la sur-électrisation, et l’accumulation de toxines et de déchets, qui encombrent l’organisme.

Ces facteurs conduisent les êtres humains vers les malaises divers (constipations, allergies…) puis les graves maladies de dégénérescence (thrombose, sclérose, cancers…). Quand la maladie est déclarée, 15 ans se sont écoulés souvent, et il est bien tard, pour réagir, autrement qu’en adoptant les techniques médicales (généralement de nature chirurgicale).
En revanche, avant que le mal ne se soit déclaré, ou après un acte chirurgical, il est indispensable de veiller à créer un environnement sain, et d’adopter une hygiène de vie, qui renforce les mécanismes de défense. Cette hygiène est celle proposée par la plupart des mouvements de santé naturelle et en particulier, par la bio électronique Vincent.

Comment normaliser le terrain ?
- Eliminer les perturbateurs, car il est indispensable de supprimer les causes du problème (tabac, produits chimiques, produits volatils aromatiques…)
- Adopter une hygiène « biocompatible = compatible avec la vie » et vitalisante, avec une eau de boisson peu minéralisée, une alimentation axée sur les végétaux (type régime crétois), en insistant sur les légumes chargés en antioxydants : herbes aromatiques (ail, persil…), graines germées et légumes lactofermentés. Les légumes crus, aromates, les graines germées, les légumes lactofermentés et les fruits crus sont une source naturelle, abondante et très efficace d’antioxydants. Vous pouvez en consommer tous les jours !
- Compléter avec une activité physique quotidienne, un contact avec la Terre (négativisation), une séance de relaxation…
- Assainir périodiquement le terrain avec des cures d’épuration (monodiète), de revitalisation (antioxydants, huiles essentielles, draineurs…) et de séances de ré-équilibration (type technique Mora ( http://www.delvaux-danze.be/mora_sys.htm )
La bio électronique est un outil formidable de connaissance de son terrain et nous donne des puissants leviers pour le ramener vers les normes dites de « santé parfaite ».

Roger Castell pour la revue BIO CONTACT DE DECEMBRE 2005

Rédacteur de « Sources Vitales », bulletin trimestriel de l’association de bio électronique (ABE) conférencier. Formé en bio électronique par Louis Claude Vincent, Jeanne Rousseau, Daniel Pinon et Pierre Bressy

1 – Silbernagl et Despopoulos : « Atlas de poche de physiologie » Ed Médecine Flammarion p.94 à 100
2 – Laurent Clause et Patrick Jean Baptiste : « Hyper allergies : l’épidémie » Sciences et Vie 2003 p. 63 à 71

Pour adhérer ou obtenir une documentation
Association ABE
5 rue du colonel 49190 DENEE 02 41 47 14 89
Site : www.bevincent.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
 
Allergie et bio électronique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le livre électronique
» Acte notarié authentique sur support électronique (AASSE)
» Asthme, allergie et co
» Petite question allergie alimentaire
» L'implantation d'une puce électronique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Le Bio, la Vie :: LA SANTE :: SANTE ! :: MALADIES/THERAPIES naturelles-
Sauter vers: