Charte  AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pour supprimer la bannière de publicité ci-dessous, imposée par notre hébergeur, vous pouvez télécharger le logiciel libre
adblock

CE FORUM EST DESORMAIS EN ARCHIVE (lecture seule).
MERCI DE VOTRE COMPREHENSION

Partagez | 
 

 L'influence néfaste des métaux lourds sur notre santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
violette



Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: L'influence néfaste des métaux lourds sur notre santé   Jeu 20 Avr 2006, 12:21 pm

L’influence néfaste des métaux lourds sur notre santé


Source : la revue VOTRE DIETETIQUE n° 77


Il y a environ un siècle, grâce à la technologie moderne, l’homme a commencé à chercher des métaux lourds profondément enfouis à l’intérieur de la terre.
Ainsi sur toute la surface du globe se répandit des substances indésirables à notre équilibre physique et psychique.


Ces métaux lourds que nous rencontrons dans notre environnement ne sont pas très bons pour notre santé.

Quelques uns comme le plomb, le cadmium, le nickel ou le mercure peuvent engendrer de sérieux dommages à nos cellules. Ces métaux que l’on nomme lourds ressemblent beaucoup à ces invités non conviés à la fête et qui néanmoins n’en finissent pas de s’en aller.

Une fois que le plomb et le cadmium ont réussi à s’introduire dans l’os ou les cellules nerveuses, ils rechignent à les quitter, s’en allant lentement.
Ce qui rend les métaux lourds très dangereux, c’est leur forte attirance pour nos tissus biologiques.
Depuis son origine l’homme a dans son corps des métaux lourds à l’état de trace. Nos corps sont conçus pour s’accommoder à ces infimes quantités. Mais au-delà, cette imprégnation constante liée à notre environnement pollué entraîne de graves effets pour notre santé.
Des études montrent que les pollutions atmosphériques peuvent élever notre tension artérielle et diminuer nos défenses immunitaires.
Elles sont responsables de la dégradation des facultés intellectuelles de nos enfants. Elles peuvent aussi être à l’origine de cancers et compliquer les maladies cardiaques.

Du plomb dans l’aile
Le plomb peut provenir de sources naturelles, comme les volcans. Il peut aussi être rejeté dans l’environnement par diverses activités humaines, y compris la production de piles et de batteries, l’exploitation minière et le traitement des eaux usées. L’utilisation de combustibles fossiles, notamment par les centrales thermiques et les voitures, libère aussi du plomb dans l’environnement.
C’est lorsqu’il est inhalé que le plomb présente le plus de risque. L’utilisation de l’essence au plomb pendant de nombreuses années a été un véritable problème dans les zones urbaines où la circulation est très dense.
On peut également en ingérer accidentellement si les animaux abattus avec des plombs de chasse ne sont pas correctement nettoyés. Le plomb ainsi ingéré s’accumule dans le foie, la rate, les reins et les os.
Les effets à long terme de faibles concentrations de plomb chez l’humain ne sont pas encore bien connus. Les femmes enceintes et les enfants sont les personnes les plus sensibles à ses effets. L’exposition prolongée au plomb peut affecter le système nerveux central, en particulier le cerveau, les reins et le système sanguin.
Chez les adultes, on croit que le plomb ralentit les réflexes, affaiblit les articulations et pourrait affecter la mémoire.

Saturnisme : des chiffres alarmants
Si aujourd’hui on enregistre une diminution des concentrations de plomb dans l’environnement, le plomb contenu dans les peintures des appartements anciens est une des principales sources d’intoxication. Et celle-ci prend des proportions inquiétantes lorsqu’il s’agit de personnes les plus défavorisées. En effet, pour les enfants qui y vivent dans des conditions précaires, le plomb va s’installer sournoisement dans le cerveau, les cellules nerveuses et le sang, créant anémie et retards mentaux.
Les chiffres de la maladie liée à l’intoxication au plomb, le saturnisme, parlent d’eux-mêmes.
Dans son expertise « plomb dans l’environnement quels risques pour la santé ? » parue en janvier 1999, l’Inserm estime que 5% des adultes et près de 2% des enfants âgés de 1 à 6 ans, soit 85 000 enfants, auraient une plombémie supérieure à 100 microgrammes par litre de sang, seuil à partir duquel un enfant est reconnu intoxiqué. Pire encore, 10 000 d’entre eux auraient un taux de plomb de plus de 250 microgrammes. Le seuil admissible fixé par l’Inserm étant de 36 microgrammes.
Ces mêmes experts estiment à 250 000 le nombre d’enfants vivant dans des zones à risques, anciennes zones industrielles ou immeubles vétustes à peintures anciennes.

Le cadmium part en fumée.
Autre polluant dans l’air, le cadmium était autrefois rarissime. Parce que l’industrie l’a extrait et employé intensément, il a rejoint le plomb sur la liste des métaux lourds indésirables dans notre alimentation, notre eau et l’air que nous respirons.
Il est associé au plomb dans la peinture, les soudures et les gaz d’échappement. Mais c’est principalement la fumée de cigarette qui en concentre le plus. L’accumulation de 10 à 20 ans de ce métal lourd peut être responsable : d’une tension artérielle élevée, de problèmes rénaux, de l’emphysème et d’une anémie par carence en fer.

Mercure indésirable
On reconnaît depuis longtemps l’existence des risques pour la santé liés aux composés de mercure. Au début du 19ème siècle, les chapeliers utilisaient une solution de sels de mercure pour adoucir les poils d’animaux entrant dans la production de feutre. Les chapeliers étaient connus pour contracter l’hydrargyrie, résultat des symptômes neurologiques d’un empoisonnement chronique (à long terme) au mercure. En raison de leur comportement souvent assez excentrique à l’époque de Lewis Caroll, on a appelé un de personnages du film « Alice au pays des merveilles » le chapelier fou.
Aujourd’hui on sait que les effets principaux d’une exposition de l’homme au mercure sont à l’origine de maladies immunologiques, cardiovasculaires, rénales et neurologiques. Une exposition chronique peut entraîner des dommages au cerveau, à la moelle épinière, aux reins, au foie et entraver le développement du fœtus.
Elle peut aussi entraîner une diminution de la capacité de toucher, de voir, de se déplacer et de goûter, causer un engourdissement et un rétrécissement concentrique du champ visuel.
Une exposition à long terme peut conduire progressivement à une aggravation des symptômes pour aboutir à des troubles de la personnalité, à la stupeur, et dans des cas extrêmes au coma et à la mort. Des découvertes récentes décrivent les effets indésirables sur le système immunitaire et cardiovasculaire pour de très faibles concentrations de mercure.
La plupart des personnes sont exposées à du mercure à la suite d’activités normales comme l’inhalation de l’air, un contact avec de l’eau et le sol, et/ou une exposition à des substances et à des produits qui contiennent du mercure. Les principales voies de pénétration du mercure dans le corps humain sont la consommation d’aliments, en particulier le poisson, et l’application d’amalgames dentaires. De récentes recherches indiquent qu’une exposition à des vapeurs de mercure liées à des déversements antérieurs de mercure liquide dans une maison peut également être une voie importante de contamination.

D’après les données scientifiques disponibles, les concentrations normales d’air ambiant de vapeur de mercure, en moyenne de 1,6 nanogrammes par m3 d’air, ne représentent pas une source de préoccupation (1 nanogramme = 1 milliardième de gramme). Cependant l’inhalation peut être une voie importante d’exposition en cas d’utilisation d’amalgame de mercure et d’argent dans des produits d’obturation dentaire, en particulier pour des personnes hypersensibles au mercure. Santé Canada précise que l’on ne devrait pas utiliser de matériaux dentaires à base de mercure pour les femmes enceintes ou les personnes qui souffrent d’affections rénales, et lorsque cela est possible, on devrait utiliser des matériaux sans mercure pour les enfants.

Elémentaire, organique et inorganique
La gravité des effets toxiques du mercure est liée à la forme, la concentration et la voie d’exposition.
L’exposition au mercure élémentaire peut conduire à des troubles du système nerveux, y compris le tremblement, l’amnésie et les céphalées.
D’autres symptômes comprennent la bronchite, une perte de poids, la fatigue, des douleurs gastro intestinales, une gingivite, une excitabilité, une hypertrophie de la thyroïde, une instabilité du pouls et des atteintes rénales.

Une exposition au mercure inorganique peut avoir une incidence sur les reins et entraîner une toxicité d’origine immunologique. Les effets peuvent également comprendre des tremblements, une perte de la coordination, un ralentissement des réponses mentales et physiques, des douleurs gastriques, des vomissements, une diarrhée sanglante et une gingivite.
Les symptômes liés à la toxicité du méthylmercure, également connu sous le nom de maladie de Minamata, sont selon le niveau d’exposition, d’un picotement de la peau, d’un engourdissement, d’une perte de coordination musculaire, des tremblements, d’un rétrécissement concentrique du champ visuel, d’une perte de l’ouïe, d’un trouble de l’élocution, d’éruptions cutanées, de modification du comportement (comme des crises de rire), d’un affaiblissement intellectuel, à un infirmité motrice cérébrale, un coma et la mort.
L’Environnemental Protection Agency des Etats-Unis a classé le méthylmercure comme une substance potentiellement cancérogène pour l’humain. Des découvertes récentes mettent en évidence les effets indésirables sur les systèmes immunitaires et cardiovaculaires pour de très faibles concentrations de mercure.

L’exposition prénatale au mercure organique, même si l’on n’observe aucun effet chez la mère, peut nuire au développement du système nerveux central et entraîner un retard psycho-moteur de l’enfant. On a signalé des retards neurologiques et du développement des bébés exposés au méthylmercure du lait maternel.
Les enfants exposés peuvent démontrer un manque de coordination et des retards de croissance, une intelligence plus faible, des troubles de l’ouïe et de la parole, une infirmité motrice cérébrale et des troubles du comportement.

La plupart de nos connaissances sur la toxicité du mercure viennent des études des cas d’intoxication collectives aiguës ou professionnelles.
On a officiellement « découvert » la maladie de Minamata (que l’on a ensuite identifiée comme un empoisonnement au méthylmercure) en 1956, dans une collectivité japonaise installée à proximité d’une usine de plastique poly (chlorure de vinyle) qui avait rejeté un effluent non traité contenant du chlorure de méthylmercure dans la baie de Minamata et dans la mer de Shiranui.
A la suite du dépôt de mercure dans les sédiments, les espèces marines ont rapidement absorbé cette substance et contaminé l’ensemble de l’écosystème.
De nombreux résidents locaux avaient consommé des poissons et des fruits de mer des eaux contaminées par du mercure comme denrée de consommation courante de leur régime alimentaire.
Trente neuf ans plus tard, on a officiellement diagnostiqué la maladie de Minamata chez 2 252 patients et plus de 1 000 personnes sont décédées.
La plus importante éclosion d’empoisonnement au mercure s’est produite en Irak en 1971 et 1972, lorsque la population a accidentellement consommé du pain fait à partir de grains de semence traités par un pesticide à base de mercure.
On avait alors diagnostiqué près de 6 000 cas d’empoisonnement au mercure, dont 500 se sont révélés mortels.
Des exemples comme ceux-ci soulignent la nécessité critique pour les gouvernements de mettre en œuvre des stratégies de gestion du mercure et d’informer le public sur les risques d’exposition au mercure


La suite au prochain numéro…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
violette



Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: L'influence des métaux lourds sur la santé   Sam 07 Oct 2006, 1:39 pm

II y a environ un siècle, grâce à la technologie moderne, l'homme a commencé à chercher des métaux lourds, enfouis profondément à l'intérieur de la terre. Aujourd'hui, environ 10 millions de livres de mercure sont libérées par les industries et parmi cela, 250 000 livres par les dentistes des Etats-Unis.

La production annuelle de cadmium se situe autour de 2,000 tonnes. (Une tonne = 2,000
livres). Le cadmium est maintenant partout, dans l'air, l'eau et la nourriture. On estime que chaque être humain consomme environ 20 microgrammes de cadmium chaque jour. Pour les fumeurs, I'absorption est deux fois plus élevée. L'anémie, l'ostéoporose, des douleurs aux vertèbres, des pierres sur les reins et une baisse de la fertilité, sont des symptômes qui peuvent être reliés à l'intoxication chronique par le cadmium. D'autres métaux lourds comme le plomb, le nickel, le cobalt, le palladium, sont très toxiques pour notre corps et se trouvent aussi de plus en plus dans notre environnement.

Notre corps est comparable à un grand laboratoire chimique. Chaque seconde, il y a des milliers de processus chimiques dans nos organes et cellules. Les métaux ou minéraux essentiels jouent un rôle primordial dans ces processus biochimiques (L'électrolyte et le processus enzymatique). La présence des métaux lourds dérange profondément l'équilibre biochimique et en plus détruit la biologie de nos cellules. II faut alors absolument aider le corps a se détoxiquer pour prévenir toutes sortes de maladies. Déjà en 1975,1'organisation mondiale de la santé, (O.M.S.) déclarait qu'environ 80% des maladies chroniques comme l'arthrite, le diabète, I'asthme, le cancer pouvaient être causés directement ou indirectement par la pollution environnementale. Des recherches en Suisse ont démontré, qu'en utilisant des chélateurs pour éliminer le plomb du corps, le nombre de certaines formes de cancer pouvaient diminuer de 90%. (Blumer, W. and Reich, T: Leaded Gasoline A cause of Cancer.)

Au niveau de la toxicité, tous les métaux lourds se ressemblent. Par contre, la majorité des gens sont plus en contact avec le mercure à cause des amalgames dans les plombages de nos dents. Voilà pourquoi je vais m'attarder davantage sur ce dernier. Le mercure est le seul métal qui reste liquide à la température de la pièce. Le fait qu'il soit liquide augmente sa capacité de s'évaporer. En effet, après une semaine une masse de mercure disparaît, elle s'évapore partout dans l'environnement... sans odeur, ni couleur. Ces caractéristiques le rendent très dangereux car il se fait absorber facilement par la peau, les poumons, l'estomac et l'intestin.

Résumé des principaux dangers des métaux lourds:

Ils remplacent ou substituent les minéraux essentiels.

Ils ont un effet antibiotique, ce qui augmente la résistance des bactéries.

Ils changent notre code génétique.

Ils produisent des radicaux libres.

Ils neutralisent les acides aminés utilisés pour la détoxication.

Ils causent des allergies.

Ils endommagent les cellules nerveuses.


Source : http://www.aliv-e.com/fr/2003/12/metaux_lourds.asp

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
violette



Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: L'influence néfaste des métaux lourds sur notre santé   Sam 25 Aoû 2007, 3:33 pm

D'autres infos sur les métaux lourds

Depuis longtemps la polémique fait rage sur l'innocuité des « plombages ». Qu'en est-il réellement ? Quels dangers présente le mercure pour la santé ? Est-il raisonnable de supprimer l'amalgame de la bouche de toute la population ? Peut être est-il temps d'apporter des réponses scientifiques à ces nombreuses questions.

Tout le monde sait que le mercure est toxique pour la santé. Le législateur a cru bon pour nous de supprimer les thermomètres au mercure parce que lors d'une casse de cet instrument les risques d'inhalation sont très importants et susceptibles de causer des troubles sur la santé.
Pourtant la fréquence de casse est très basse mis à part en milieu hospitalier. (vous souvenez vous en avoir déjà brisé un ?) La toxicité du mercure étant acquise, il est utile de savoir quelles en sont les sources, les effets et les moyens de s'en protéger.

Cet article (et les suivants) n'a pas pour but d'être exhaustif au sujet du mercure, ce n'est pas son but. Il va simplement tenter d'éclairer quelques zones d'ombre. Pour cela commençons par le début…

Qu'est ce que le mercure ?


C'est un métal que l'on trouve dans le sol et que l'on extrait pour différents usages. On le retrouve à l'air libre au moment du dégazage de la planète pendant les éruptions volcaniques. Dans la terre il est combiné au soufre sous forme de cinabre, un beau minerai rouge. Une fois raffiné, il est liquide à température ambiante et roule sous forme de billes brillantes.

Utilisation : Le mercure est principalement utilisé dans l'industrie. En 1992 on estimait que la consommation de mercure se répartissait ainsi :

Suspect Industrie chimique 28 % : entre autre fabrication de pesticides.
Suspect Batteries électriques 25 %
Suspect Appareils de mesure 16 %
Usage des laboratoires pharmaceutiques etc. 14 % : comme le Mercurochrome ou dibromo-hydroxy-mercuri-fluorescéine et il est également employé en ophtalmologie
Suspect Peintures 10 %
Amalgames dentaires 7 %

Sources d'intoxication humaine

Nous allons passer en revue les différentes sources possibles d'intoxication au mercure

cat Intoxication par l'environnement : Personne ne peut échapper au mercure parce qu'il est présent à l'état naturel dans l'environnement. Les habitants des villes sont plus exposés que ceux des campagnes. En milieu urbain, les concentrations mesurées sont de l'ordre de 10 à 20 nanogrammes par m3 d'air, c'est à dire 100 fois plus basses que les doses maximales tolérables pour l'air inspiré (1 µg/ m3).

affraid Intoxication par les soins dentaires : La source la plus importante de contamination humaine au mercure métallique est représentée par les amalgames dentaires. En effet, les amalgames sont un agglomérat de limailles métalliques avec du mercure qui représente 50 % du poids. Lors de l'amalgamation, les métaux s'unissent avec le mercure pour former une masse qui durcit en quelques minutes.

C'est lors de l'utilisation normale des dents avec la mastication et les variations de température, que des particules s'échappent de la reconstitution et intoxique le porteur des dents soignées. L'intoxication se fait par l'air inspiré chargé de vapeurs et par la salive où s'est préalablement dissout le mercure. Les chercheurs ont montré qu'en moyenne les amalgames re-larguent entre 10 et 500 microgrammes de mercure. Bien entendu, la quantité de mercure absorbée dépend du nombre de dents reconstituées, mais aussi des quantités de poissons consommés et du niveau d'intoxication de ces mêmes poissons et des éventuels risques professionnels supporté par la personne (fabrique de peinture, personnel de cabinet dentaire , etc.)

Des études scientifiques américaines récentes montrent que mêmes des doses infimes affecteraient le système immunitaire. Les recommandations sont tout de même notées pour les populations sensibles que représentent les enfants de moins de 6 ans, les femmes enceintes et toutes les personnes atteintes de maladies du système immunitaire. Les mêmes autorités déconseillent, à juste titre, la dépose systématique des amalgames dentaires sans précautions strictes. La dépose pouvant être pire que les amalgames eux-mêmes !

drunken Intoxication par conditions spéciales : En ce qui concerne les pratiques religieuses particulières comme, Santeria, Vaudou, Palo Mayombe et Espiritismo, qui utilisent le mercure dans leurs rituels, l'intoxication est inévitable.

scratch Intoxication par les habitations : Le mercure métallique est aussi utilisé dans l'habitat. Il est nuisible pour les habitants et les futurs résidents qui peuvent être intoxiqués sans le savoir par les vapeurs émanant des sols et des murs. Le mercure est présent également dans les instruments et appareils tels tubes fluorescents, baromètres etc. Le risque d'intoxication par pollution de l'air est alors grand si les contenants en verre se brisent.

santa Intoxication par les sites pollués : Les pollutions de l'air sont plus marquées dans les sites d'incinération, les déchetteries, les crématoriums. Bien entendu ces sites peuvent contaminer l'air environnant, les nappes phréatiques et les poissons qui pourraient y vivre.

geek Intoxication par contaminations professionnelles : Tous les employés travaillant dans l'industrie chimique utilisant du mercure ou ses dérivés sont susceptibles d'être contaminés par les vapeurs.
Les professionnels de la santé des hôpitaux et les personnels des cabinets dentaires, sont susceptibles d'être exposés également. Les chirurgiens dentistes par la manipulation des produits d'obturation des caries par amalgames d'argent, leur mise en place et leur dépose, sont les plus " contaminables ".
Cette exposition peut se faire par la peau en contact avec les matériaux et par les vapeurs émises lors des travaux en bouche. Il n'est pas rare d'avoir des cabinets dentaires dont l'air contient des concentrations de vapeurs de mercure nettement supérieures à la norme maximum de 1µg/m3 d'air, établie par l'O.M.S. (Organisation mondiale de la Santé) et l'EPA (Environnement Protection Administration).

:manger: Intoxication par la chaîne alimentaire : La contamination de la chaîne alimentaire peut atteindre l'homme de façon indirecte. L'exposition au mercure, le plus souvent sous forme de méthyl-mercure, se fait par les aliments marins vivants dans une eau polluée. Une forme de contamination humaine peut aussi venir de la consommation de végétaux ou d'animaux terrestres eux-mêmes contaminés par les pesticides ou fongicides utilisés dans l'agriculture. La FDA, (Food and Drug Administration) administration Américaine qui contrôle les médicaments, estime que la plupart des individus sont exposés à une dose de mercure de 50 nanogrammes/kg/jour dans les aliments. Ceci représentait 3,5 micro-grammes par jour pour un adulte de 7O kg ! Cette dose est loin d'être sans effet sur la santé ! Depuis, des dispositions ont été mises en place pour supprimer la commercialisation.

Pathologies liées au mercure

La catastrophe de Minamata au Japon a permis d'étudier les symptômes de l'intoxication massive au mercure et à ses dérivés. La médecine, dans toutes ses spécialités, a réussi à présenter des tableaux cliniques de maladies en rapport avec cette intoxication importante. Par extension les scientifiques ont pu comparer les signes identiques, mais plus faibles, que présentaient des patients. Ces individus étaient soit porteurs d'amalgames dentaires soit avaient été soumis à des sources de mercure autres que les dents. Ces symptômes, quand ils sont présents, peuvent faire penser à une micro-intoxication mercurielle et permettent ainsi d'en tirer des conclusions et une démarche thérapeutique.

Voici la liste des symptômes communément reconnus comme étant lié au mercure :

Troubles psychologiques et comportementaux
Fatigue chronique
Psychasthénie (réveil fatigué)
Hypersomnie (excès de sommeil)
Hypoglycémie (avec des « coups de pompe » inexpliqués)
Faiblesse musculaire
Manque d'énergie
Troubles dépressionnaires
Perte de mémoire
Irritabilité
Anxiété
Difficulté de concentration
Cauchemars
Perturbations du sommeil (difficultés d'endormissement, réveil hypermatinal)
Troubles psychologiques divers
Indécision
Tendances suicidaires

Troubles du système nerveux central
fourmillement de la main ou parfois du pied
légers tremblements des mains
sensation de brûlure constante avec engourdissement des membres inférieurs

Les 3 précédents symptômes indiquent souvent que l'état du malade va s'aggraver.

Vertiges
Perte de la coordination musculaire
Perturbation de la marche
Rétrécissement du champ de vision
Vision troublée
Hallucinations auditives (acouphènes)
Tremblement des membres ou des lèvres
Difficultés d'audition
Spasmes musculaires
Crampes dans différents muscles

Perturbations du système immunitaire
Rhumes à répétition
Allergies diverses
Asthme
Sinusites
Sclérose en plaques
Maladie de Hodgkin
leucémie
Mononucléose

Troubles du système endocrinien
Tendances diabétiques
Calculs rénaux
Dysfonctionnement thyroïdien
Température anormalement basse
Diminution de l'activité sexuelle
Perte de poids
Impression de froid dans les pieds et les mains

Maladies cardio-vasculaires
Hypertension ou Hypotension artérielle
Douleur dans la région précordiale
Angine de poitrine
Perturbations de l'électrocardiogramme
Troubles du rythme cardiaque (en excès ou en moins) par accumulation de mercure sur les nerfs commandant l'activité cardiaque.
Souffle cardiaque

Troubles du transit intestinal
Spasmes intestinaux (alternance de diarrhées et de constipations)
Crampes d'estomac
Ulcères gastriques
Allergies alimentaires
Coliques

Troubles dermatologiques
Dermatoses diverses
Acné
Sécheresses dermiques
Démangeaisons inexpliquées

Symptômes intrabuccaux
Goût métallique dans la bouche
Sensation de brûlure de la langue et des joues
Pigmentation noirâtre des gencives
Gencives saignantes
pertes de l'os soutenant les gencives (affection parodontale)
Langue chargée
Halitose (Mauvaise haleine)
Formation rapide de tartre
Leucoplasie (plaques blanches sur la face interne des joues et de la langue)

Afin d'être capable de savoir comparer et d'apprécier ou non la contamination, il est utile d'avoir des valeurs de références. Ces références ont été édictées par les organismes de santé et de protection de l'environnement.

Ces organismes ont établis des normes que je vous offre dans les lignes qui suivent :

Valeurs toxiques

Le tableau suivant reprend les résultats d'études scientifiques ayant porté sur la relation doses/effets pathologiques. Ces informations sont une compilation de données scientifiques faites par la société scientifique pour la protection de l'environnement aux USA (EPA).
Les valeurs sont des Références de Concentrations par Exposition Respiratoire Chronique. Elles sont exprimées en microgrammes par mètre cube (µg/m3).
Tous les chiffres de ces tableaux sont donnés pour une exposition respiratoire de 8 heures consécutives aux doses notées. L'effet pathologique mesuré correspond donc à cette durée d'exposition.

Doses d'exposition respiratoires & Effet pathologique mesuré

9 µg/m3 Début des troubles neurologiques avec perturbations mesurables
14µg/m3 Perturbation sérieuse des tests neurologiques
25 µg/m3 Tremblement des mains (par accumulation dans le cerveau)Troubles de la mémoire Changement du tracé de l'électroencéphalogramme
30 µg/m3 Dysfonctionnement du système autonome Diminution des réflexes Diminution de la concentration et de la coordination visuelle
33 µg/m3 Temps de réponse visuel diminué
46 µg/m3 Début des atteintes rénales Début des atteintes du système immunitaire
60 µg/m3 Perturbation de la durée du cycle menstruel
500 µg/m3 Déformation crânienne chez le fœtus Insuffisance hépatique Mutation cellulaire dans le foie
800 µg/m3 Mutation des cellules cérébrales
1000 µg(1mg)/m3 Anomalie de développement des fœtus Avortements spontanés Nouveaux nés de faible poids
2500 µg(2,5mg)/m3 Atteintes graves de l'hypothalamus
6000 µg(6mg)/m3 Nécrose du foie Début de nécrose cérébrale Atteinte cancéreuse des reins
27000 µg(27mg)/m3 Mort par œdème pulmonaire sévère
35000 µg(35mg)/m3 Mort par nécrose du cerveau

En ce qui concerne les risques de cancer, l'EPA donne une concentration minimum en dessous de laquelle le risque est absolument nul. Cette dose est de 0,2 µg/m3 pour une exposition continue de 8 heures en milieu professionnel ! L'EPA ramène se chiffre à 6 µg/m3 pour un public ordinaire.

Voilà quelques informations sur ce serial killer qu'est le mercure. Dans un autre article je vous indiquerai les moyens de détection d'une intoxication et comment savoir si vos dents sont coupables ou non !

Merci de m'avoir lu jusque là. Portez vous bien.

Thierry THOMAS Thierry.thomas@trame-dents.fr


Source : http://www.mieux-etre.org/interactif/article.php3?id_article=882

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'influence néfaste des métaux lourds sur notre santé   Aujourd'hui à 6:56 pm

Revenir en haut Aller en bas
 
L'influence néfaste des métaux lourds sur notre santé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Zéolite pour les métaux lourds
» le port de Rouen et ses sédiments de draguage
» l ' huître
» Pollution scandaleuse aux métaux lourds à Bourg-FidèleBourg-Fidèle
» Bains dérivatifs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Le Bio, la Vie :: LA SANTE :: SANTE ! :: VACCINS, METAUX LOURDS, pesticides-
Sauter vers: