Charte  AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Pour supprimer la bannière de publicité ci-dessous, imposée par notre hébergeur, vous pouvez télécharger le logiciel libre
adblock

CE FORUM EST DESORMAIS EN ARCHIVE (lecture seule).
MERCI DE VOTRE COMPREHENSION

Partagez | 
 

 L'alimentation ou la troisième médecine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
violette

avatar

Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: L'alimentation ou la troisième médecine   Dim 26 Mar 2006, 12:06 pm

L’alimentation ou la troisième médecine


Aux deux voies les plus fréquentées en matière de thérapies que sont la médecine « conventionnelle » ou allopathique et les médecines « alternatives », le docteur Seignalet fut l’un des premiers à ajouter une autre direction, sans doute plus importante encore : l’alimentation. Changer de régime alimentaire peut en effet agir en amont et en aval : en prévention et de manière curative, sur de nombreuses maladies.

De plus en plus de scientifiques et de médecins, de grands professeurs aussi, reconnaissent qu’en matière de santé, si l’on avait privilégié la prévention on vivrait plus vieux ou au moins aussi vieux, mais sans aucun doute en meilleure forme.
La plupart des médecins et des chercheurs rejoignent aussi, le Dr Seignalet sur l’importance de l’alimentation pour la santé. Ce médecin, également biologiste, était réellement en avance sur son temps et il aura sauvé et soulagé bien des malades…Mais précurseur, il n’a pas eu le « succès » qu’il méritait et seuls quelques grands noms de la médecine faisant preuve de courage comme le professeur Joyeux, ont su lui rendre hommage.

Contraignant, le régime ?

Avant d’écrire cet article, j’ai voulu tester le régime du Dr Seignalet. Car il est aisé de conseiller…mais encore faut-il que les conseils puissent être suivis. Or le régime préconisé peut paraître contraignant. Mais il suffit de s’y mettre !
Arrêter les produits laitiers, supprimer les céréales classiques (vous remarquerez qu’il s’agit alors d’un régime sans gluten et sans caséine.), manger d’avantage de fruits, de légumes peu cuits et à la vapeur douce…Ces mesures ont suffi à de nombreuses personnes pour changer leur vie.
Avec son régime, détaillé plus loin, le Dr Seignalet a obtenu de bons ou d’excellents résultats dans près d’une centaine de maladies. Jamais il n’a demandé à ses patients de cesser le traitement médical prescrit, il se contentait de le compléter d’un régime alimentaire.

L’alimentation : troisième médecine mais de première importance

Hippocrate l’a dit et de Dr Seignalet le citait volontiers « que ton aliment soit ton médicament ». Cette modeste phrase est restée valable au cours des siècles et, pourtant, les notions de diététique sont presque absentes de la médecine conventionnelle aujourd’hui ou bien limitées au strict minimum : on réduit le sel en cas d’hypertension, le sucre en cas de diabète, les protéines en cas d’insuffisance rénale, les graisses quand on a du cholestérol et le nombre de calories quand on a du surpoids. En résumé, c’est à peu près tout…
Or, le Dr Seignalet pensait qu’il fallait substituer une vision qualitative de l’alimentation à cette traditionnelle vision quantitative. Ainsi, il prenait l’exemple d’une voiture : « dans une voiture construite pour utiliser du super, nul n’aurait l’idée de faire le plein avec du gazole. La bonne santé de notre organisme étant plus importante que celle de l’automobile, il me parait primordial de déterminer quels sont les aliments qui nous conviennent et ceux que nous devons éviter. »
Et l’on ne peut nier l’évidence : « si aujourd’hui, l’espérance de vie a énormément augmenté, certaines maladies autrefois rares sont devenues fréquentes : maladie de Crohn, asthme, obésité, diabète de type II (diabète gras), allergies, maladies dégénératives (arthrose, athérosclérose…), cancers…

Retour au régime de nos ancêtres

Vous l’aurez compris, la multiplication des maladies évoquées ci-dessus peut tout à fait avoir un lien avec notre alimentation « moderne ». Et le Dr Seignalet évoque l’histoire de l’alimentation humaine. Depuis le moment où notre espèce s’est nettement distinguée de celle des singes anthropoïdes, il y a 5 millions d’années environ et jusqu’à récemment (il y a 10 000 ans maxi), les hommes ont toujours été des chasseurs/cueilleurs. Ils mangeaient de la viande, du poisson, des œufs, du miel, des légumes, des fruits et des céréales sauvages et quand ils buvaient du lait, c’était toujours au sein de leur mère. Et en plus, ils mangeaient tout cela cru. Par rapport à notre civilisation, l’Homme consommait davantage de protéines, moins de graisses animales, et à peu près autant de glucides (mais pas ceux du sucre de betterave, de canne ou du lait !). Sa nourriture était alors riche en calcium et en potassium, pauvre en sodium, trois fois plus riche en fibres, il mangeait 4 fois plus de vitamine C… Le Dr Seignalet a relevé 6 changements majeurs entre l’alimentation ancienne et moderne.
- la consommation de céréales domestiques
- la consommation de laits animaux et de leurs dérivés
- la cuisson de nombreuses substances
- la préparation des huiles
- la pollution alimentaire
- les carences en vitamines et en minéraux

Il considérait ces six changements comme six problèmes à régler pour être en meilleure santé.

Les céréales domestiques

Le blé et, à un degré moindre, le maïs ont été mis en cause dans plusieurs pathologies, tandis que le riz semble bien moins nocif. Certaines protéines des céréales, parce qu’elles ont subi des changements ou à cause de la cuisson, seraient responsables des ennuis causés.

Les laits animaux et leurs dérivés

Le Dr Seignalet rappelle que les lois de Darwin qui suggèrent que « le lait de femme est fort bien adapté aux besoins du jeune enfant, alors que le lait de vache, fort bien adapté aux besoins du jeune veau, ne convient pas pour l’homme. » Le veau avec ses quatre estomacs et ses enzymes nombreuses, est de toutes façons mieux loti pour la digestion du lait de vache.
Par ailleurs la composition du lait de chaque espèce animale (vitamines, glucides, protéines, lipides…) correspond précisément aux besoins du rejeton en question. Le Dr Seignalet cite, outre les nombreux cas d’intolérance au lait de vache, plusieurs pathologies dans lesquelles il est incriminé : polyarthrite rhumatoïde, diabète sucré juvénile, sclérose en plaques, maladie de Crohn, migraines…

La cuisson

Plus la température est haute et plus le temps de cuisson est prolongé, plus les aliments sont transformés. Les molécules se choquent, se cassent, forment des complexes avec d’autres molécules qu’on ne trouve pas initialement dans la nature et dont l’organisme doit se débrouiller…
Ce qu’il a beaucoup de mal à réaliser sans y laisser sa santé.
Il faut donc manger cru le plus souvent possible et savoir que « la frontière au dessus de laquelle les aliments subissent des transformations importantes se situe autour de 110°C. Il faut donc éviter les grillades et les fritures, le four classique, la cocotte minute et opter pour la cuisson à l’étouffée ou à la vapeur douce. Quant au four à micro ondes, s’il élève moins la température que les autres modes de cuisson, il change les molécules d’eau d’orientation, transforme certains acides aminés…à éviter !

La préparation des huiles

Autrefois, toutes les huiles étaient obtenues par des procédés mécaniques de pression à froid. Le Dr Seignalet conseille de n’employer que des huiles vierges de qualité, obtenues sans chauffage, sans solvant, sans traitement chimique, sans raffinage… Il considère les huiles industrielles comme huiles « mortes » et se méfie des margarines.

La pollution alimentaire

Additifs alimentaires (colorants, conservateurs, anti-oxygène, stabilisants…) hormones ou antibiotiques donnés aux animaux d’élevages, pesticides, insecticides, fongicides…sont autant de polluants alimentaires qui, à moyen ou long terme, nuisent forcément à l’organisme. Le choix d’une alimentation issue d’une agriculture biologique semble la meilleure option à l’heure actuelle.

La carence en vitamines et minéraux

L’élevage des animaux en batterie, les cultures intensives de fruits et légumes, le raffinage de nombreux aliments ont appauvri notre alimentation en minéraux et vitamines. Des aliments crus, qui ont grandi ou poussé assez longtemps pour fixer les nutriments indispensables, évite les carences nutritionnelles, constatées aujourd’hui dans des civilisations où l’on mange plutôt trop que pas assez.

_________________


Dernière édition par le Dim 26 Mar 2006, 12:07 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
violette

avatar

Féminin Nombre de messages : 7188
Localisation : Tout près de vous
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: L'alimentation ou la troisième médecine   Dim 26 Mar 2006, 12:07 pm

la suite

Sur quelles pathologies ?

Le Dr Seignalet classait les nombreuses pathologies auxquelles la médecine « moderne » ou les méthodes alternatives ne trouvent pas de solutions, selon trois mécanismes différents :
- les pathologies auto immunes (l’organisme détruit ses propres cellules)
- les pathologies d’encrassage
- les pathologies d’élimination

Souvent, il s’agit de maladies graves pour lesquelles la médecine n’a rien à proposer si ce n’est un soulagement passager. Le changement de régime alimentaire peut guérir des affections graves, et le Dr Seignalet l’a largement prouvé.
Voici quelque exemples de maladies et des résultats obtenus par ce régime sur certaines pathologies.

La polyarthrite rhumatoïde
297 personnes ont suivi durant un an au moins le régime hypotoxique :
- pour 131 personnes, on peut parler de rémission complète
- pour 104 personnes, l’amélioration est forte, autour de 90%
Soit, au total, près de 80% de résultats positifs ou carrément « miraculeux »

La spondylarthrite ankylosante
Sur 122 malades, 116 ont répondu favorablement au régime, soit 95,1%.
76 personnes ont arrêté toute prise médicamenteuse, 40 estiment leur amélioration supérieure à 90% et ne prennent que de très faibles doses d’anti inflammatoires.

Le rhumatisme psoriasique
Sur 39 cas, 25 succès, (64,1%), 11 améliorations, 3 échecs.

La pseudopolyarthrite rhizomélique
Sur 17 cas, 16 succès contre un échec

Les arthrites chroniques juvéniles
Maladie de Still : sur 5 cas adultes, 4 succès et un échec. Sur 3 cas d’enfants, une guérison, une amélioration à 70% et un échec.

Le syndrome de Gougerot-Sjögren
Sur 86 cas : 26 succès francs, 48 succès partiels (amélioration de 30 à 70%), 12 échecs

Le lupus érythémateux disséminé
Sur 20 patients, 16 succès nets, 4 améliorations notables

La sclérodermie
14 cas : nette amélioration dans tous les cas, mais les altérations vasculaires sont définitives, d’où l’importance de commencer le régime au plus tôt.

La maladie de Basedow
8 malades : rémission assez rapide, impact très bénéfique sur les manifestations oculaires.

La sclérose en plaques
Sur 46 patients qui suivent le régime depuis 2 ans au moins, les effets sont très bénéfiques : 13 rémissions complètes, 20 améliorations nettes, 8 stabilisations, 4 freinages de l’évolution dans des formes lentes progressives, 1 échec.

L’hépatite auto immune
Sur 7 patientes, le Dr Seignalet n’a obtenu que des résultats excellents et 4 de ces personnes ont supprimé totalement les médicaments et sont restées en excellente forme.

La cirrhose biliaire primitive
Sur 6 patients, le régime a rapidement et totalement fait régresser toutes les manifestations cliniques.

La scholangite sclérosante primitive
Le Dr Seignalet à observé les effets de son régimes dans deux cas avec des résultats exceptionnellement bons et rapides (quelques semaines ont suffi pour faire disparaître tous les signes de la maladie)


L’uvéite antérieure aiguë

Sur 14 cas, 12 réussites et 2 échecs

Les neuropathies périphériques idiopathiques
7 réussites pour 9 cas

La néphropathie à IgA ou maladie de Berger
Appliquée sur 8 patients, la diététique préconisée par le Dr Seignalet a réussi à arrêter l’évolution de la maladie dans 7 cas.

La maladie de la Peyronie
5 hommes atteints de la maladie ont testé avec succès le régime du Dr Seignalet.

La fibromyalgie
72 femmes et 8 hommes ont suivi le régime hypotoxique. 58 d’entre ces patients ont obtenu un succès franc avec disparition de tous les signes de la maladie, 10 ont obtenu une amélioration évaluée à 75%, 4 un mieux évalué à 50%, 8 échecs ont été comptabilisés.
On peut dire que le régime est efficace dans 90% des cas.

L’arthrose
118 patients porteurs d’une arthrose nette touchant plusieurs articulations (mais pas une forme trop avancée nécessitant déjà une prothèse) ont essayé le régime ancestral : 99 d’entre eux ont obtenu des régimes spectaculaires ! une amélioration modérée a été constatée dans 12 cas et 7 peuvent être considérés comme des échecs.

L’ostéoporose
Cette dégénérescence osseuse bénéficie du régime dans 70% des cas avec une évolution bloquée, parfois même inversée.

La goutte
Sur 6 patients, tous ont obtenu une amélioration en quelques semaines ou quelques mois.

La migraine
Sur 57 migraines, 49 ont vu disparaître totalement leurs maux de tête, 4 les ont trouvés moins douloureux et plus rares, 4 autres n’ont pas vu d’amélioration. On peut estimer que le régime est efficace dans 93% des cas. Mêmes résultats obtenus sur les céphalées de tension.

Les maladies dites « psychiatriques »
Autisme, schizophrénie, dépression nerveuse endogène ont tout à gagner du régime hypotoxique et les recherches devraient vite faire évoluer les idées « reçues » au sujet de ces maladies qui réagissent de manière tellement spectaculaire au changement de régime alimentaire.

Les maladies dégénératives
En prévention de la maladie d’Alzheimer mais aussi pour améliorer la santé des malades atteints de Parkinson, le régime ancestral trouve tout son intérêt.

Le diabète sucré de type II
Sur 25 patients, 20 ont obtenu une rémission complète et 5 ont été nettement améliorés.

L’hypoglycémie
Sur 16 patients, le Dr Seignalet a obtenu 13 succès complets, 1 amélioration et 2 échecs.

L’hypercholestérolémie
Le régime fait baisser le taux global de cholestérol de 35% en moyenne.

La spasmophilie
Cette maladie résiste rarement au changement de régime. Sur 52 patients, on compte 46 rémissions complètes, 3 améliorations et seulement 3 échecs.

La colopathie fonctionnelle
Sur 237 malades, 233 ont obtenu une rémission complète avec le régime dès le premier mois après, parfois, des diarrhées intermittentes.

La maladie de Crohn
Sur 72 patients suivant le régime hypotoxique, le bilan du Dr Seignalet est de 62 succès francs avec rémission complète ou quasi complète, 9 résultats plus nuancés et un seul échec.

La gastrite
Sur 19 malades, 18 ont été guéris, 1 a été amélioré.

L’acné
Sur 42 patients, pour 40 d’entre eux, les lésions inflammatoires ont totalement régressé, chez les 2 autres, elles ont nettement diminué. En revanche le régime ne fait pas disparaître les cicatrices, d’où l’intérêt de changer sans attendre d’habitudes alimentaires.

La dermite atopique (eczéma constitutionnel)
Sur 43 cas, de Dr Seignalet a obtenu 36 succès complets, 4 améliorations nettes et 3 échecs.

L’urticaire
Là aussi, le régime ancestral donne d’excellents résultats : sur 34 patients, rémission complète pour 29 et nette amélioration pour les 5 autres.

Le psoriasis
Lorsque seule la peau est atteinte, le changement nutritionnel s’avère très souvent efficace (3 échecs seulement sur 35 malades). En revanche, lorsque les lésions cutanées sont associées à un rhumatisme, les résultats sont inconstants : sur 37 malades, 21 ont guéri complètement, 3 n’ont plus eu de dermatose (mais encore un rhumatisme) et 13 n’ont plus eu de rhumatisme mais encore de la dermatose.

La bronchite chronique
42 malades ont testé le régime : 39 en ont été totalement guéris et 3 nettement améliorés. Mais attention : il ne faut pas attendre l’emphysème ou la dilatation des bronches : le régime ne peut rien contre les complications de la bronchite chronique.

L’asthme
85 malades ont suivi le régime ancestral : 80 ont été en rémission complète dès les premières semaines ou mois de modification du comportement alimentaire, 3 ont été nettement améliorés.


LE REGIME DU DOCTEUR SEIGNALET fait maigrir 4 personnes sur 5.


Le régime peut donner également de bons résultats sur la dermatite herpétiforme, la maladie coeliaque, le syndrome de Guillaint-Barré, la granulomatose de Wegener, la périartérite noueuse, la maladie de Horton, la maladie d’Adisson auto immune, certaines tendinites, la chondrocalcinose articulaire, la sclérose latérale amyotrophique, l’athérosclérose, le glaucome, la cataracte, les caries dentaires…
C’est également l’idéal pour les enfants qui souffrent d’infections à répétitions (otites, rhumes…) contre la sinusite chronique, le rhume des foins, les aphtes (et la maladie de Behçet) et le SAPHO.

En revanche le Dr Seignalet n’a pas obtenu les résultats escomptés sur la thyroïdite de Hashimoto, le purpura thrombocytopénique idiopathique, la myasthénie, le diabète sucré de type I, la maladie de Churg et de Strauss, la rectocolite ulcéro-hémorragique, la leucémie lymphoïde chronique, la sarcoïdose (mais il propose une explication), l’eczéma de contact, le syndrome de fatigue chronique et le vitiligo.

Et le cancer ?

Le Dr Seignalet a étudié les effets de son régime ancestral sur 1200 personnes (qui ont suivi ses conseils pendant 5 ans et demi en moyenne) avec des résultats incontestables.
Seulement 3 personnes ont développé un cancer :
- une femme opérée deux ans auparavant d’un cancer du sein qui a eu des métastases osseuses
- une femme en rémission complète de sclérose en plaques qui a développé un cancer du sein
- Une femme atteinte d’un cancer de l’estomac

« La diététique n’est donc pas une assurance à 100% contre le cancer » explique le Dr Seignalet. Mais d’après les statistiques officielles, parmi les 1200 patients volontaires pour son étude, 30 « auraient dû » développer un cancer. Seulement 3 ont été atteints de la maladie. C’est donc un succès incontestable côté prévention.

Un régime « intelligent »

Si vous avez le courage de lire l’ouvrage du Dr Seignalet (car il s’agit d’un « pavé » de plus de 600 pages) vous serez sans aucun doute convaincu que chacun d’entre nous aurait tout intérêt à retrouver un régime de type originel. Il n’est pas toujours évident de le mettre en pratique, car il faut « oublier » le blé, les produits laitiers, et nombre d’aliments dont la publicité nous vante les mérites à longueur de journée…Mais quand on supporte une maladie grave ou handicapante, le jeu en vaut largement la chandelle !!!



Le régime du Dr Seignalet appelé aussi « régime ancestral », «régime hypotoxique » ou « régime de type originel »…

Il s’agit d’exclure tous les aliments « dangereux » introduits depuis le début de la civilisation.

- exclusion des laits animaux de toutes origines et de leurs dérivés (la suppression des produits laitiers n’entraîne pas de carence en calcium contrairement à « la légende »)
- exclusion des céréales mutées, essentiellement blé et maïs, alors que le riz reste autorisé. Pas de blé, pas de kamut, d’orge, de seigle, d’avoine, d’épeautre cuit, de maïs. On peut manger du sarrasin, du riz, du sésame. Amidon de maïs et sirop de blé ne sont pas interdits (car le danger vient des protéines)
- exclusion des produits cuits à température trop élevée, c'est-à-dire au dessus de 110°C. Eviter les œufs cuits (mais les gober crus). Les charcuteries crues sont autorisées (jambon cru, chorizo, saucisson, salami…) mais pas les cuites : jambon cuit, andouillettes, rillettes…Le poisson mariné dans du jus de citron et l’huile d’olive plutôt que cuit (ou alors à la vapeur douce) à la faveur du Dr Seignalet.
- Exclusion des huiles raffinées, remplacées par des huiles vierges consommées crues.
- Limitation des produits pollués, autant que faire se peut, ce qui a pour corollaire une préférence pour les aliments biologiques.

Les surgelés sont autorisés, mais il faut éliminer les conserves et consommer avec modération les aliments fumés.
Le Dr Seignalet conseille de boire de la chicorée, de l’eau, pas de sodas, pas de bière, du café, du thé et du vin en quantité raisonnable.
Il faut limiter le sel, supprimer le tabac, faire un maximum d’exercice physique, éviter de se laisser gagner par le stress, prendre des ferments lactiques, se supplémenter en vitamines et minéraux.
Il faut également faire preuve de frugalité.

En cas de succès, le régime doit être suivi à vie.

Sophie Lacoste pour le magazine Belle santé de février 2005

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cuisiner-autrement.com
 
L'alimentation ou la troisième médecine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'alimentation crue que préconise l'institut HIPPOCRATE
» alimentation
» Médecine chinoise
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle
» Pour défendre la médecine naturelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Le Bio, la Vie :: LA CUISINE SANTE SANGLUCAVIANNE (SANs GLUten-CAséine-VIANde) :: CUISINE ET SANTE :: NUTRITION-
Sauter vers: